Kézaco l’ISBN ?

L’International Standard Book Number sert à identifier un livre. L’ISBN a été introduit en 1972, mais les éditeurs l’ont adopté progressivement. C’est alors un code à 10 chiffres. Depuis 2007 c’est un code à 13 chiffres et il se confond avec le code-barre.

L’ISBN est très utile pour cataloguer un livre, parce qu’on peut tout de suite récupérer les informations descriptives sur des serveurs spécialisés.

Pour simplifier disons que les livres parus avant 1976 n’en ont pas. Lorsque ces livres ont été réimprimés, les éditeurs leur ont attribué un ISBN. De même les code-barres sont apparus progressivement dans les années 80. Toujours en simplifiant, les codes barres avant 2007 sont des ISBN avec des chiffres en plus.
Vous avez compris ? ça veut dire qu’avec une webcam, l’appareil photo de votre portable ou un lecteur de code barre on peut cataloguer à toute vitesse…
L’ISBN est géré par un organisme qui attribue des tranches aux éditeurs. Chaque langue et chaque éditeur sont identifiés par une partie du code ISBN. Le reste sert à l’éditeur pour attribuer un numéro d’ordre au livre édité.
Un ISBN à 10 chiffres se décompose par exemple en 2 (pour la langue française) – 07 (code des éditions Gallimard) – 123456 (numéro de livre choisi par Gallimard) – 1 (« somme de contrôle » : un nombre calculé à partir des précédents, comme ça on sait que le code est juste — d’ailleurs j’ai calculé cette somme, me suis-je trompé ?).
Regardez un ISBN, il est toujours saucissonné : affiché en groupes séparés par des tirets. Beh oui! tous les éditeurs n’ont pas des codes à deux chiffres. Moins vous publiez de livres, plus votre code est long, ce qui vous laisse peu de place pour les numéros de livres, car l’ISBN fait toujours 10 chiffres (ou 13).
Par exemple : 2 – 9506210 (Collection du Club des Poètes) – 5 (cinquième livre publié) – 8.
Le livre ? Et bien théoriquement on peut l’identifier sur l’ISBN database. Mais il n’y est pas. ISBNdb est un projet indépendant, aucunement lié aux éditeurs, donc y trouve… ce qu’on y met, un peu comme Wikipedia (le lien pointe sur la page ISBN).
Alors comment fait-on ? on se sert des services web! et c’est plus simple que vous ne croyez, avec les outils de catalogage dont j’ai déjà  parlé.
Ah oui, le livre au fait, je vous le conseille, il est à mon chevet depuis des années et je ne me déplace jamais sans lui, c’est Fragment et Relief de Jean-Pierre Rosnay. On l’a déjà réimprimé plusieurs fois mais en ce moment il est épuisé. Réclamez-le et on en fera une réimpression — avec le même ISBN.
couverture de Fragment et Relief (1994) recueil de poèmes de Jean-Pierre Rosnay
4ème de couverture de Fragment et Relief (1994) recueil de poèmes de Jean-Pierre Rosnay

 

Au fait, les éditeurs s’emmêlent parfois les pinceaux avec les ISBN, et ils en ont attribués en double, en triple, … à des livres différents. On a pas toujours eu des bases de données pour gérer tout ça.

Une réflexion au sujet de « Kézaco l’ISBN ? »

Laisser un commentaire